Vers un 3e tour à Bassam et peut-être à…Port-Bouët (jurisprudence Facobly/Bonon)

Deux recours en deux élections

À l’issue de la reprise du scrutin du 16 décembre, la CEI a proclamé Jean-Louis Moulot, candidat du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, au pouvoir), vainqueur à Grand-Bassam avec 51,91% des suffrages contre le maire sortant Georges Ezaley (45,72%), du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, opposition). À Port-Bouët, le candidat du PDCI Sylvestre Emmou (62,65%) a battu Siandou Fofana, ministre du Tourisme et candidat du RHDP (33,61%), toujours selon les résultats de la CEI.

Ce deuxième recours consécutif pourrait ouvrir la voie à un troisième scrutin municipal à Grand-Bassam et à Port-Bouët comme ce fut le cas pour les élections législatives de 2011 à Facobly et à Bonon.

La jurisprudence à Facobly et Bonon

Le 11 décembre 2011, le Rassemblement des républicains (RDR) avait organisé les premières élections législatives de l’ère Ouattara. Lors de ce scrutin à Bonon, des individus armés avaient emporté les urnes des différents centres de vote. À l’ouest du pays, les tensions et les violences étaient encore vives. Les différends électoraux se réglaient parfois à coups de machette. Des incidents malheureux, durant lesquels des morts ont été comptabilisés, qui ont obligé le Conseil constitutionnel à procéder à l’annulation du scrutin.

À Facobly, Evariste Méambly a dû affronter Séa Jean-Honoré à trois reprises dans les urnes avant de pouvoir enfin siéger au Parlement ivoirien. D’abord le 11 décembre 2011, puis le 26 février 2012 et enfin le 3 février 2013.

Les juges de la chambre administrative de la Cour suprême vont-ils débouter Kobenan Kouassi Adjoumani, le porte-parole du RHDP, pour qui un troisième tour à Bassam est « exclu » ?

Read Also  Henri Konan Bédié et Guillaume Kigbafori Soro: “Les boucliers de la relève démocratique ivoirienne” selon Nyamsi

Jeune-Afrique

Via:: CONNECTIONIVOIRIENNE.NET:

avatar
  Subscribe  
Notify of